Histoire

Histoire du DBPV

Le Don Bosco FC, basé à Pétion-Ville (Haïti), est une équipe de football haïtien qui a vu le jour le 31 janvier 1963. En fait, l’équipe ayant pour slogan : « MECHAN MECHAN » a été fondée par le Révérant père Jacques Djebels (Eglise Saint-Jean Bosco), de concert avec Pierre André Mirville dit Mithoux pour les intimes et Dor Jean-Baptiste. Les couleurs officielles du club sont les : « jaune et noir ».

Passé historique et palmarès

A n’en pas douter, le DBPV fait partie des mythiques équipes du pays. A côté des autres grands noms de notre football, le DBPV a écrit l’une des plus belles pages de l’histoire du football haïtien, et a produit trois des plus grands attaquants de notre sport roi : Emmanuel « Mannon » Sanon, Isaac Chauvet dit roi Pharaon et Peguero Jean-Philippe. Que dire de l’ancien capitaine de la sélection nationale, l’emblématique Pierre Richard Bruny qui a porté les couleurs de l’équipe nationale pendant plus de 12 ans de carrière.

Comme toute grande équipe, le DBPV a connu des hauts et des bas. A trois reprises, le Don Bosco FC, malgré la volonté de ses vaillants dirigeants, a fait l’expérience de la deuxième division. En effet, après sa création en 1963, il a accédé du même coup en deuxième division, et y resté seulement une année avant de rejoindre l’élite du football haïtien. Dans la foulée, le club s’est adjugé le trophée de champion (1963) en D2. Il a su récidiver huit ans plus tard (1971) en remportant le trophée mis en jeu à l’époque au plus haut niveau des compétitions nationales (Coupe Pradel) organisées par les autorités du football d’alors. En fait, pour voir le DBPV briller à nouveau, il a fallu attendre 1979. Durant cette année là, le club en a profité pour étoffer son palmarès avec un nouveau sacre.

En 1988, les autorités du football avaient pris l’initiative d’élargir le cadre de la compétition reine du pays en incluant les équipes de la province. On est encore loin d’oublier la brillante génération de footballeurs, au début des années 90, composée, entre autres, d’Isaac Chauvet dit roi Pharaon et Robert Denis qui ont lutté pour sauver le DBPV de l’enfer de la D2. Ces footballeurs, anciens membres de la sélection haïtienne de football, avaient permis à l’équipe du DBPV de remporter, en 1992, le championnat national de deuxième division en battant l’équipe de l’AS Dessalines (3-1 et 0-1) pour se hisser en première division.

Comme ce fut le cas avec la génération dorée de Manno Sanon, celle d’Isaac Chauvet n’a presque rien ajouté en termes de trophées d’envergure au palmarès de l’équipe du Don Bosco FC. Cependant, en 2003, avec Péguero Jean Philippe, fraîchement venu des USA, et qui jouait aux avant poste et Pierre Richard Bruny à l’arrière garde, le DBPV s’est hissé au sommet du championnat national de première division en s’adjugeant le trophée récompensant l’équipe championne du tournoi d’ouverture. Le Cavaly AS, malgré les frères Dalcé, en avait fait les frais face à la machine que représente la formation du DBPV, intraitable tout simplement, d’où le surnom : « MECHAN MECHAN ».

Tout compte fait, la belle aventure du DBPV, propriété de Ford Jean-Baptiste depuis 2003, allait connaître un véritable coup d’arrêt. Contre toute attente, le DBPV est retombé dans ses travers. En effet, le 16 février 2011, suite à son match nul (1-1) face à l’AS Carrefour, il a été relégué en D2, et cela, au même titre que les équipes du Violette AC, Eclair AC (Gonaïves) et Dynamite FC (Saint-Marc). La Commission d’Organisation des Compétitions Nationales (COCON) a été pointée du doigt dans la descente en enfer de l’équipe de Pétion-Ville.

Un an après (2012), avec des idées novatrices et des dirigeants dynamiques, dévoués et tout acquis à la cause de l’équipe, le DBPV revient, et ce, très fort au premier plan du football national. Et depuis, il essai de reconquérir le cœur de son public. A titre d’exemple, l’équipe, qui avait abandonné son mythique parc Sainte-Thérése, est de retour au bercail. C’est là qu’il a disputé ses rencontres depuis (2014) pour la plus grande joie de ses multiples fans.

Les efforts et les sacrifices consentis par les dirigeants n’allaient pas prendre du temps pour être récompensés puisque le DBPV, très en jambe, allait remporter le titre suprême du tournoi de clôture du championnat national de D1 et le trophée des champions en 2014. Epoustouflant, le DBPV allait récidiver en gagnant le tournoi d’ouverture (2015) de la compétition reine du pays.

Les joueurs qui ont marqué l’histoire du DBPV

Il compte parmi ses plus grands noms évidemment Emmanuel Sanon, le goléador du football national (100 sélections et 47 buts). Dans cette lignée, il faut aussi ajouter le Dr Reynal Dévilmé qui est resté attaché à son équipe de cœur au même titre que Jackson Eustache, Fedler Augustin, Péguy Pluviose, Auguste Louis, Oreste Louis, Edouard Saint-Hilaire, Louis Simon, Michael Nabrosse, Smith Nicolas, Mario Janvier, Huberman Jean-Charles, Salomon ou encore Vegas.

Au nombre de joueurs de la génération de 1990, Isaac Chauvet, MaKenzi Abraham dit Touguy, Mesguet Joseph, Gabriel Michel alias Tigana, Ernso Laurence, Eddy César, Wilfrid Montilas et Robert Denis. Pour certain, il est le plus grand exemple à suivre, Pierre Richard Bruny l’emblématique capitaine de l’équipe nationale, champion de la coupe Caraïbe en 2007. A ce cercle très fermé de joueurs ayant marqué l’histoire du club, Péguero Jean-Philippe, Pierre Richard Elasmé ou encore Philibert Mercéus. Que dire de la nouvelle vague de talents ayant permis à l’équipe d’ajouter deux nouveaux trophées à son palmarès : Ronald Elusma, Canès Jean-Charles, Junior Delva, Massigno Joseph, Dumy Fédé, Porky Thermidor….

Le savez-vous ?

Véritable pourvoyeur de joueurs en sélection nationale. Le DBPV peut s’enorgueillir puisqu’il est l’unique club du pays ayant des joueurs inscrits les trois seuls buts de la sélection haïtienne contre l’Italie (quatre fois championne du monde). Contre Dino Zoff, coupe du monde de la FIFA, Allemagne 1974, à Munich, l’inévitable Manno Sanon a ainsi mis un terme à la série d’invincibilité du fantasme gardien de l’Italie Dino Zoff (1143 minutes) le 26 juin. Pour ce mondial, Manno avait fait aussi trembler les filets de l’Argentine. Manno mis à part, Wilfried Louis fut un autre joueur du DBPV, présent au sein de cette sélection nationale.

Plus près de nous, au Brésil, à l’Estádio Club de Regatas Vasco da Gama (Rio de Janeiro, Rio de Janeiro), en match amical, disputé entre Haïti et Italie (2-2), le 11 juin 2013. Ce sont deux joueurs du DBPV qui ont marqué pour Haïti. Alors que l’équipe d’Italie menait (2-0), c’est Olrish Saurel, sur penalty, qui a réduit la marque pour les Grenadiers avant que Peguero Jean Philippe mette les deux pays à égalité (2-2) en toute fin de match.

Le DBPV et la Ligue des Champions de la CONCACAF

Le DBPV est l’unique club du pays ayant disputé trois fois de suite la CFU Championship (2015, 2016 et 2017). Après avoir échoué de justesse en 2015 dans la course à une qualification historique pour disputer la phase finale de la Ligue des Champions de la CONCACAF, en 2016, le DBPV l’a fait pour rejoindre le Valencia FC (Léogâne) dans le cercle très fermé des équipes haïtiennes ayant fait l’expérience de la nouvelle version de la plus lucrative compétition au niveau de club de la zone. Cependant, la belle aventure du DBPV, en 2017, dans la CFU Championship n’a pas été aussi fructueuse que les précédentes. Toutefois, le DBPV est plus que jamais déterminé à écrire l’une des plus belles pages dans l’histoire du football haïtien.

Les entraîneurs du DBPV

Au nombre des entraîneurs à succès du DBPV, on peut citer Kénel Thomas. Ce dernier a joué un rôle prépondérant à la montée du club en D1 en 2012. Lors des deux derniers sacres de l’équipe (2014 et 2015), il a été là pour épauler le jeune et talentueux entraîneur Nathoux Chrisostome Jr. Il est important à noter que le DBPV était entraîné par le passé par plusieurs techniciens étrangers, tels les Argentins : Mario Scardino (champion en 2003) et Claudio Anibal Frean (vice-champion en 2006).

Pour clore cette petite page d’histoire, il faut le souligner qu’à côté de Ford Jean-Baptiste, le président du club qui travaille dans l’ombre, la Secrétaire générale Marie Elise Obas (et le reste du comité) y est pour beaucoup dans la remontée en force du DBPV dans la hiérarchie du football national.