A neuf jours de son premier match face à Monterey (Mexique), programmé au stade Sylvio Cator à 9h PM, dans le cadre de la Ligue des Champions de la Concacaf 2016/2017, le Don Bosco FC (Haïti) a rencontré la presse, le lundi 25 juillet à l’hôtel Le Plaza.

A la question: que faut-il attendre de la participation du Don Bosco FC à la plus prestigieuse compétition au niveau des clubs dans la zone Concacaf, la secrétaire générale répond : « Bien que livré à lui-même, le Don Bosco FC, qui n’a rien encore trouvé sur le plan financier (privé et public), est motivé, dévoué et déterminé à offrir une autre image du football haïtien à l’échelle internationale. Ainsi, avec nos faibles moyens, nous allons nous battre afin qu’Haïti, par le biais du Don Bosco FC, occupe une meilleure place sur l’échiquier du football international. D’ailleurs, on va profiter de cette vitrine pour exposer nos joueurs », a déclaré Marie Elise Obas.

Jouer la C1, véritable défi pour le Don Bosco

Si l’on se fie aux propos de madame Obas, la Ligue des Champions de la Concacaf est un véritable fardeau pour les équipes haïtiennes privées de moyens financiers : « On a accumulé un déficit de 52 000 dollars US en deux ans. Rien que pour accueillir au stade Sylvio Cator, les 3 et 24 août, les équipes de Monterey (Mexique) et d’Arabe Unido (Panama), on devrait avoir la bagatelle de 71 352 dollars US. Pour ces deux rencontres, on ne va rien recevoir des autorités de la Concacaf. Parallèlement, pour se rendre au Mexique, on devrait avoir la somme de 65 241 dollars US et 51 931 autres dollars pour aller au Panama. À l’inverse, le Don Bosco FC aura à recevoir seulement 80 000 dollars », a-t-elle expliqué.

Dès le premier jour du prochain mois, les officiels auront à débarquer en Haïti : « Si on ne va rien payer pour l’équipe de Monterey qui arrivera chez nous le 1er août avant de prendre siège à Marriott Hôtel, en revanche, à nos frais, on aura à héberger et à nourrir neuf officiels de la Concacaf. Le 1er août, trois d’entre eux débarqueront à Port-au-Prince, et les six autres fouleront le sol haïtien, le 2 août. Ils seront logés au Karibe Convention Center. Le Don Bosco FC, pour sa part, a de très bonnes chances d’établir son camp de base à l’hôtel Royal Oasis », a-t-elle ajouté.

Tout est sous contrôle de la Concacaf

Les principes élémentaires appliqués lors des grands matchs internationaux seront de mise pour la réception de Monterey (Mexique) et d’Arabe Unido (Panama) pour répéter la responsable de communication du Don Bosco FC. « La veille du match, on aura une conférence de presse à laquelle prendra part, et ce pour chaque équipe, l’entraîneur principal accompagné d’un ou de deux joueurs. La traditionnelle conférence de presse d’après-match mise à part, on aura à établir une zone mixte et les journalistes n’auront qu’une quinzaine de minutes pour assister aux dernières séances de chaque équipe avant le coup d’envoi de la rencontre », a clairement expliqué Angine Tamara Jean-Louis qui en a profité pour signaler aux médias que c’est la Concacaf qui détient le droit de retransmission des matchs et que les journalistes qui veulent avoir accès à ces rencontres doivent appliquer directement sur le site de la Concacaf deux jours avant chaque match.

Le CAN au chevet du Don Bosco FC

Présent lors de cette conférence de presse, le chef de service d’urgence du Centre ambulancier national (CAN) a fait les promesses suivantes : « On aura à mobiliser, pour le match face à Monterey, trois ambulances. Le jour du match, deux seront au stade Sylvio Cator et un autre en back up. Pour toute urgence, on sera disponible sur le numéro suivant : 11 616 », a fait savoir Dr Alex Garraud.

La C1 sans Monuma ni Vénel Saint-Fort

Pour le directeur technique, le Don Bosco FC fera avec les moyens du bord. Selon ses dires, son équipe aura une carte à jouer dans cette compétition. « On se passera des services de Monuma Constant Jr, Vénel Saint-Fort et Augustin Campomar. Ce dernier n’était pas à la hauteur de nos ambitions. Cependant, il est fort possible qu’on ait les services de Jonathan Jean-Baptiste (FICA), Waldo Vernet et Manchini Telfort (Cavaly AS) en renfort. Pour le reste, on va faire confiance à une équipe jeune et très soudée, capable de représenter le pays valablement. Présentement, on est en train de finaliser les travaux tactiques et techniques », a confié Kénel Thomas.

On doit attendre, dans la foulée, l’ultime conférence de presse du Don Bosco FC (Haïti), fixée au 2 août pour avoir une idée exacte de l’effectif qui disputera la phase finale de la Ligue des Champions de la Concacaf. Peu importe la situation du club, il aura à affronter au stade Sylvio Cator, les 3 et 24 août, les équipes de Monterey (Mexique) et d’Arabe Unido (Panama).

Le Nouvelliste

Leave a comment