Comme un symbole, ce vendredi 8 mars à Hôtel Ritz Carlton, Genève, en Suisse, date marquant la journée internationale des femmes, également appelée : journée internationale des droits des femmes, Marie Élise Obas, au prix d’énormes sacrifices, a décroché un Master en Football Business. Visiblement contente, elle en a profité pour évoquer, entre autres, le Master obtenu, les modules et les thématiques des cours dispensés et les sacrifices consentis avant de se lancer dans un flot de remerciements.

Son interview !

Vous venez de boucler le premier cycle des cours en management sportif. En retour, vous obtenez un Master ?

Je viens justement d’obtenir un Master en Football Business. C’est une étude d’une année de 4 modules. Les deux premiers se font en ligne, le 3e est un internship que j’ai fait à Léogâne avec le « Projet Goals » qui est une ONG évoluant dans le football et le dernier module se fait à Genève, en Suisse. Au cours de ce module, différents voyages sont organisés pour permettre aux étudiants de comprendre comment fonctionnent les équipes et les institutions évoluant dans le domaine.

C’est quoi exactement le management sportif et quel est son utilité dans le football ?

C’est un cours qui te donne une idée générale des différents aspects relatifs au fonctionnement de l’industrie. Citons en exemple : historie du football, loi en football, éthiques et professionnalisme, leadership en football, engagement des fans, internationalisation du football etc… Ce sont certains des cours que j’ai suivis.

Comment a été cette expérience ?

Très enrichissante! J’ai une autre vision de l’industrie et je suis mieux armée pour apporter ma modeste contribution à mon pays.

Sans l’ombre d’un doute, pour tirer ton épingle du jeu, il a fallu d’énormes sacrifices ?

Ça il faut le dire. J’ai eu à faire face à un flot de critiques, car cela a demandé que je laisse mes enfants pendant un certain temps. Savez-vous que certaines personnes m’ont même traité de « mère-crabe ».

Heureusement, j’ai eu le support du président [du Don Bosco FC], de mes collaborateurs, de certains amis, de ma famille et spécialement ma petite sœur, My Darling Obas, à qui, je dois une fière chandelle puisqu’elle s’était chargée de prendre soin de mes enfants.

Cependant, cette aventure n’aurait pas lieu sans les conseils éclairés de Paul Moïse avec qui j’entretiens de très bonnes relations. À dire vrai, nous faisons souvent des débats sur le football en Haïti. Merci Polo. J’ai rencontré des personnes extraordinaires et je souhaite garder contact avec elles, car le football est une affaire de connexion également.

Y’aura-t-il un 2ème cycle ? Es-tu prête à y participer ?

Le football n’est pas une industrie statique, donc je ne compte pas m’arrêter en si beau chemin. En fait, je continuerai à me former et m’informer. Voyons, j’ai d’autres projets en cours, mais le reste de cette année est consacrée à mes petits bouts de chou.

1 Comment

  • Posted 09/03/2019 10:32 0Likes
    by Wisly Sylvain Jonathas

    Merci Don bosco fc

Leave a comment