Interviewé depuis la Floride (USA) par notre confrère de « Mondeinfo509 », Wisly Altidor, le président du Don Bosco FC de Pétion-Ville a laissé entendre que son équipe est plus que prête à disputer l’édition 2020 du championnat haïtienne de football professionnel. Il en a profité pour évoquer, entre autres, le marché des transferts de son club et l’insécurité qui règne actuellement en Haïti. L’interview de Ford Jean-Baptiste !

Le Don Bosco FC de Pétion-Ville est-il prêt à jouer la série d’ouverture du CHFP 2020 ?

Ford Jean-Baptiste : Certainement ! N’oubliez pas que nous étions à Kingston (Jamaïque) pour disputer récemment (29 janvier au 3 février) la Flow CFU 2020. Vous avez que nous étions éliminés, mais ce tournoi nous a servis de préparation en vue du coup d’envoi de la nouvelle saison. Au fait, je peux vous affirmer que oui, on est prêt à disputer la compétition reine du pays.

Fixez-vous déjà un objectif ?

Ford Jean-Baptiste : Le Don Bosco FC, de part sa philosophie et sa tradition, joue toujours pour être parmi les premiers dans la compétition, et ce si l’on ratait la première place. Pour y arriver, l’équipe a consenti pas mal de sacrifices à l’entraînement et dans d’autres domaines. C’est pourquoi, on a un groupe rajeuni, mais pétris de talents et prêt à se défoncer pour l’acquisition du trophée récompensant l’équipe championne. Sans l’ombre d’un doute, s’il faut considérer le talent pur, nos jeunes sont parmi les crèmes du pays.

En prélude à la nouvelle saison, le Don Bosco FC, en tenant compte de son objectif, va-t-il se renforcer ?

Ford Jean-Baptiste : Nombreux sont les joueurs (parmi eux des jeunes) qui aimeraient arborer les couleurs du Don Bosco FC. À preuve, Peterson Joseph (Violette AC) s’intéresse avec nous et nous nous intéressons à lui aussi. Au lieu d’aller chercher ailleurs, toujours est-il que nous restons fidèle à notre philosophie, celle de rajeunir notre équipe avec des jeunes loups issus de nos différentes filiales. Ce faisant, nous sommes persuadés que nous avons beaucoup plus de possibilités de suivre leur cheminement. J’entends par là, leur conduite sur le plan disciplinaire, éducatif, social, et autres, car au sein du club, nous ne formons pas seulement des footballeurs, mais nous formons aussi de citoyens honnêtes, capables de rendre service au pays.

La nouvelle saison est fixée pour le 1er mars, mais l’insécurité règne en maître dans le pays. Que fera le Don Bosco FC ?

Ford Jean-Baptiste : Au même degré que les autres dirigeants (les 17 autres clubs jouant la D1), nous avons beaucoup de doutes, quant au coup d’envoi de la saison. Cependant, nous restons très motivés. Que la politique nous donne une chance. Ce phénomène, sans crainte d’être démenti, est pour beaucoup dans la régression catastrophique de notre football. Le football exige de la ténacité, de la rigueur et de la continuité, mais vu les troubles politiques qui gangrènent le pays, nous n’avons pas eu la chance de nous préparer normalement et sereinement. Là-dessus, je suis septique et j’attends pour voir.

Leave a comment